Mois: juin 2015

Jouer à l’intérieur ou jouer dehors?

Avez-vous vu passer cette étude plutôt dérangeante sur le niveau d’activité physique des enfants canadiens? Personnellement, c’est dans La Presse + de samedi dernier, sous la plume de la journaliste Catherine Handfield, que j’en ai pris connaissance. On y apprenait que seulement 9 % des enfants de 5 à 17 ans font assez d’activité physique. Ce qui est recommandé pour leur groupe d’âge, c’est 60 minutes d’activité physique au quotidien. C’est pas tant que ça quand on y pense, surtout en comparaison au temps d’écran de nos p’tits chéris… qui est en moyenne de 35 heures par semaine. Mais pourquoi nos jeunes bougent-ils si peu? L’article nous donnait quelques bonnes pistes de réflexion, mais le manque de temps et l’hyperparentalité sont ceux qui ont le plus résonné chez moi. En gros, on n’arrive pas à concilier nos vies de fous, il est donc plus simple d’asseoir nos enfants devant le iPad que de les envoyer jouer dehors pendant qu’on prépare le souper parce qu’on n’aurait pas le temps de gérer les possibles égratignures, foulures et …

Sur la route… jusqu’au pôle Nord!

Lors de ma dernière visite au Village du père Noël à Val-David, j’avais 19 ans et j’étais entourée d’une centaine d’enfants de 4 à 8 ans. Oui, ma job d’étudiante, c’était monitrice de camp de jour. J’y suis retournée la semaine dernière avec beaucoup moins d’enfants, c’est à dire, les deux miens et, ce qui est drôle, c’est que c’était assez exactement comme dans mes souvenirs d’il y a 12 ans, ha! L’endroit est vintage au max et c’est parfait comme ça. La fermette. On a commencé avec la fermette où mon chum et moi avons dû promener nos enfants dans nos bras entre chèvres, moutons et alpagas. Disons que nous n’avons pas les cocos les plus courageux en ce qui a trait aux animaux, héhé! Le vrai de vrai. On est ensuite allés voir les rênes et le père Noël : pas le temps de niaiser. Sérieusement, le monsieur qui joue au père Noël en vacances dans sa résidence secondaire des Laurentides est extraordinaire. Il est généreux, drôle et attachant. On aurait passé l’après-midi avec …

Nouveau parent, humour important!

Quand on devient parent, le rire n’est plus simplement bon pour la santé, il devient carrément salutaire. Je crois qu’avoir un bon sens de l’humour et l’utiliser le plus souvent possible peut faire une différence dans nos vies stressées et surchargées. En tout cas, mettre une petite touche d’humour dans ma vie la rend définitivement plus belle, plus simple et plus relaxe. Et depuis que je suis maman, ces trois petits mots sont devenus encore plus importants. Belle. Parce qu’il n’y a rien de plus sweet que le rire d’un enfant qui répond aux singeries qu’on lui fait. Vous savez ces petits sons qui nous font fondre le cœur. Par exemple, quand je danse n’importe comment en chantant à tue-tête la chanson Uptown Funk à ma fille et qu’elle n’en finit plus de rire, je me dis que c’est ça, le bonheur. Simple. Parce que s’arrêter pour rire peut simplifier pas mal d’affaires. Quand je cherche désespérément le tapis-de-bain-à-capteur-de-température parce que sinon je pense que je vais brûler bébé. Je me mets à paniquer et …

Bébé lecture

Quand l’heure de la lecture a sonné

19 heures. Pas une minute de plus. À 19 h 01, ma fille, alias petite madame, me fait vite comprendre que je ne suis pas à l’heure. E-N-C-O-R-E. Alors que ce moment est important et que vraiment, cette fois-ci, maman se doit d’être ponctuelle. Bon, bon. J’exagère. Mais à peine. Après tout, ma fille n’a que treize mois. Elle n’a pas encore cette même connaissance/conceptualisation/définition/conscience du mot temps. Elle ne sait pas ce que la petite aiguille du cadran veut dire, que le clic que l’on entend quand elle se déplace indique qu’une, cinq, ou dix minutes de plus se sont écoulées depuis l’heure sacrée. Chose certaine, c’est qu’elle sait que c’est long! Je la trouve bien chanceuse de ne pas pouvoir encore comprendre la notion de temps. Pour moi, chaque minute est bien placée dans mon agenda. Je sais pratiquement qu’à midi aujourd’hui, je serai assise devant mon ordinateur à manger un restant tiède de la veille. Que je serai aussi en train de répondre aux courriels du matin, de penser à ma pile …

Enfant jardinage

Avoir deux ans: spécial tu-nue

Hier, j’ai décidé qu’après le souper, c’était une bonne idée de mettre les enfants en pyjama et de les amener jardiner avec moi. En fait, je voulais enlever une slide de tourbe dans la cour avant qui n’avait jamais pogné, revirer la terre, enlever la roche, mettre de la nouvelle terre (faire une nouvelle plate-bande, quoi!), planter des fleurs que j’avais achetées deux jours avant parce qu’elles commençaient à faire vraiment pitié dans leur petit casseau, aller séparer un gros plan d’hostas dans la cour arrière et en transplanter dans ladite nouvelle plate-bande. Petit défi toute seule avec deux enfants… Sérieux, quand je prends deux secondes pour y penser ce matin, je me rends bien compte que c’était pas ma meilleure idée à vie. MAIS BON. #yolo J’étais bien affairée, Henri m’aidait (ou me nuisait, à vous de deviner) et je vois du coin de l’œil Martha qui enlève son chandail. No biggie, elle fait tout le temps ça quand elle joue dehors. On continue. J’ai chaud, je sacre un peu entre mes dents. Tout …

(Re)découvrir les montgolfières

Depuis 5 ans, nous vivons près du Richelieu et chaque été nous avons régulièrement la chance de voir de magnifiques montgolfières dans le ciel. Durant L’international de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu on a droit à ce spectacle pratiquement tous les jours. Si on est en voiture sur l’autoroute 10 pendant une envolée, c’est encore plus impressionnant. Bref, chaque fois, c’est merveilleux. Mes souvenirs de jeunesse reliés à cet événement estival sont vagues. Je me rappelle être allée vers 15 ans avec mes parents et mes frères.  J’y avais croisé un ami d’enfance, et comme à l’adolescence ce qui nous marque le plus ce sont les rencontres pas vraiment les lieux, je ne suis même plus certaine d’avoir vu l’envolée de montgolfières! Ça manque sérieusement à ma culture. Cette année,  j’aimerais y aller avec ma fille. En scrutant le site web, j’ai découvert trois choses qui m’ont particulièrement plu : Le conte musical Lily et le lutin, tout simplement parce que ma fille s’appelle Lili et que j’adore les contes musicaux. Les forfaits familiaux flexibles, parce que …

Le film de l’été (rien de moins)

Vous me direz que l’été n’est même pas commencé. Que je n’ai certainement pas vu ou même entendu parler de tous les films qui sortiront cet été. Que mes connaissances cinématographiques ne sont pas exceptionnelles. Et vous aurez raison. Mais. Je sais pas, j’ai un feeling. Le feeling qu’absolument aucun film dans les prochains mois n’arrivera à déloger Sens dessus dessous de la première place au palmarès dans mon cœur. Avant-première. On a eu la débile-folle chance d’être invitée à l’avant-première du film samedi dernier (un événement organisé par Subway, merci!) et c’est dans une salle bondée de petites familles que nous avons pu découvrir ce film qui deviendra un classique, c’est certain. Inside Out. Vous avez peut-être vu la bande-annonce, Sens dessus dessous, c’est la version traduite au Québec du film Inside Out, le tout nouveau film de Disney-Pixar. Pour être claire, je capote sur à peu près toutes les productions Disney-Pixar à cause de leur beauté, de leur histoire, etc. Sens dessus dessous n’y fait pas exception, que non! Je dirais même que …

Les «fucking-terrible» phases

Mes enfants sont dans des passes pas évidentes. On n’appelle pas ça le Terrible Two et le Fucking Four pour rien. Martha ne veut que trois choses : retourner dans mon ventre, dire non et tout faire toute seule (ce qu’elle est incapable de faire, on s’entend). Henri ne veut qu’une chose : explorer toutes les émotions négatives de la Terre. À répétition. De jour, de nuit, cela ne l’importune pas. Mais. À travers tout ça, ils m’en ont sorti des pas pire cute cette semaine. Comme quoi le verre peut pas toujours être à moitié vide, hein? Martha et ses deux ans ELLE MANGE DES FRUITS! Plus précisément, elle accepte maintenant de manger des pommes et des bananes. Elle n’avait jamais voulu manger un seul fruit frais avant. Je capote de joie. Et de soulagement, soyons honnête. Quand je vais la border et que je lui dis « Bon dodo, je t’aime », elle répond « Ze t’aime plusse. » (La flaque sur le plancher? C’est mon cœur tout fondu.) Henri et ses quatre ans Tous les mots …