Mois: juillet 2015

Un été à poils

Sur les jambes, les aines, sur et sous les bras, le poil est là, toujours prêt à nous embêter. Ce poil que je me suis fait un plaisir devoir d’enlever méticuleusement de sur ma peau depuis plus de quinze ans. Quand j’avais du temps, j’allais me le faire soigneusement épiler, tous les mois. Combien j’ai pu dépenser pour ces soins? J’aime mieux ne pas y penser. Mais bon, depuis que je suis mère, je n’ai plus le temps de me rendre chez l’esthéticienne et c’est à la maison que je tente de faire la guerre à la pilosité, le plus souvent avec un bon vieux rasoir. Le malaise. Un jour de juin, mon fils est entré dans la salle de bain pendant que je me rasais les mollets sous la douche. Il m’a regardé avec de grands yeux et m’a dit : « Mais, maman, pourquoi tu enlèves tes poils? Papa fait pas ça, lui! » J’ai été si surprise de sa question que tout ce que j’ai trouvé de simili-intelligent à lui répondre (j’insiste sur le « simili », …

Des vacances de rêve… au Témiscamingue?

Ça fait huit ans que je suis en couple avec un Témiscamien. Huit ans que nous visitons sa région natale adorée au moins deux fois par année. Bon, je sais que pour plusieurs d’entre vous, ce n’est peut-être pas la destination vacances de rêve et vous vous dîtes que nous y allons seulement pour visiter la famille… et jusqu’à la semaine dernière j’aurais été plus que d’accord avec vous! Mais, justement, depuis que j’y suis allée en été (allez savoir pourquoi, nous n’y étions jamais allés pendant la saison estivale), je suis littéralement tomber en amour avec l’Abitibi-Témiscamingue!   Les incontournables. Le Refuge Pageau On y retrouve des animaux du Québec dans leur habitat « naturel ». Ce sont des animaux malades ou blessés qui sont soignés dans le but d’être retournés en liberté. Les animaux sont tout près de nous et ils sont nombreux. La visite guidée est incluse dans le prix et ça vaut vraiment la peine. On prévoit un bon 2 heures de marche sur un sentier de bois en forêt. La Cité de …

Le 12 août, on achète un livre… québécois!

Acheter un livre québécois, c’est le défi que les auteurs Amélie Dubé et Patrice Cazeault ont lancé à la population québécoise pour une deuxième année consécutive. Un défi qui se veut tout simple et sans artifice, mais d’une efficacité redoutable : le mercredi 12 août, on se rend à l’une des nombreuses boutiques qui ont pignon sur rue dans notre quartier. Ou alors, on se dirige vers notre magasin à grande surface préféré. Mieux encore, on visite notre librairie locale, celle-là même que l’on salue trop peu souvent. Qu’importe l’endroit que l’on choisira, à condition d’en ressortir avec un livre… qui vient de chez nous! Car notre belle province est bourrée de talent : nous sommes entourés d’auteurs brillants, d’illustrateurs doués, d’éditeurs dévoués. Et ce sont eux qui créent notre richesse littéraire. Une idée. Un soir, en 2014, Patrice et Amélie, qui se retrouvent au sein de la même maison d’édition, ont discuté. Longtemps. La même problématique les préoccupait. « On trouvait que le livre québécois n’avait pas suffisamment de visibilité et nous voulions le mettre de l’avant, m’a …

Santé Canada : Concentrez-vous sur les faits

Il y a quelques jours, j’ai été invitée à me rendre à la présentation de Concentrez-vous sur les faits, la nouvelle phase de la campagne de sensibilisation canadienne sur le tableau de la valeur nutritive. La matinée (dans une épicerie, où d’autres, hein?) était animée par la magnifique Isabelle Racicot (#girlcrush, même si c’est pas féministe de dire #girlcrush), j’étais entourée de plein d’amies de la blogosphère, les enfants portaient des chapeaux de détective et se promenaient dans les rangées avec des loupes, ça allait être fun. https://instagram.com/p/4hz3KRtz9s/?taken-by=mamanbooh   Jusqu’à ce que je réalise que je n’étais pas si ferrée « côté catchage » de ce qui est écrit sur le tableau de la valeur nutritive des aliments. J’écoutais la nutritionniste invitée et je me disais que j’avais bien des croûtes à manger (justement) pour être certaine que je faisais des bons choix équilibrés pour ma famille. Mais bon, ensuite, je me suis calmé le pompon et je me suis souvenue que de toute façon, je n’utilise pas tant d’aliments préparés pour mes enfants. Quand j’ai rien …

À faire avec les petits : un ananas éclairé

Les moments en famille sont devenus encore plus précieux depuis que les enfants ne sont avec moi qu’une semaine sur deux. Cependant, nous n’arrêtons pas de vivre en dehors du cocon, nous ne consentons pas à toutes leurs demandes et/ou caprices non plus. La semaine chez maman ne devient pas une semaine de relâchement et de plaisir absolu. C’est une semaine ordinaire où chacun vaque à ses occupations et où nous nous retrouvons après nos obligations pour du doux (mais c’est pas toujours du super doux, c’est la vie, hein?) Les différences. Ma rêveuse peut passer de très longs moments à s’occuper toute seule. Elle entre dans sa chambre et y devient MC d’un concours de talent pour p’tits bonshommes ou toiletteuse de toutous ou encore caissière d’un magasin de menus articles. Mon intello préfère la lecture, les jeux vidéo et les jeux de société aux mises en scène de sa sœur. Pour lui, la vie est faite de règles qui doivent être suivies. S’il y a des plans, ce n’est pas pour rien, bon. Partager ma …

Rendez-vous littéraire dans les parcs lavallois!

Puisque la saison de la baignade et des grillades est officiellement lancée, il devient difficile pour bon nombre d’entre nous de demeurer à l’intérieur. On s’arme alors de crème solaire, de lunettes fumées, et d’un chapeau, on s’équipe de plusieurs récits de tous genres et on file droit au parc avec les enfants et… les mains bien pleines! Si c’est à ce moment précis que l’on souhaite posséder une collection de bouquins ambulante (ne serait-ce que pour avoir à nos côtés, et en tout temps, mille et un livres et autant d’histoires), c’est également à cet instant que l’on fait la merveilleuse découverte de Ma tente à lire, une initiative brillante et inspirante qui repose sur l’idée de sortir la bibliothèque hors de ses murs, du lundi au jeudi, jusqu’au 20 août prochain. C’est l’organisme Lis avec moi, en collaboration avec les bibliothèques de Laval, qui présente Ma tente à lire, une activité de lecture en plein air pour les 0-5 ans. Une heureuse rencontre avec les livres. Cette activité gratuite, qui a vu le jour en 2010, se tient sporadiquement dans 16 parcs …

Se rafraîchir à Québec!

Enfin, l’été est arrivé au Québec… et à Québec! Yé! Alors, comme chaque année, une première vague de chaleur m’amène à courir l’ombre et les points d’eau, parce que dans un petit condo en ville comme le mien, on oublie les après-midis à chiller chez moi avec un verre de rosé. Avant, ce n’était pas très compliqué, petite marche de 15 minutes et j’étais rendue à la piscine publique la plus près de chez moi. Maintenant, ma fille préfère (et de loin) les pataugeoires ou les jeux d’eaux. Elle veut être debout, tout le temps, et les jets d’eau sont ma foi source de stimulation intense. On a donc troqué la piscine pour des endroits baby friendly et j’en suis bien heureuse. J’ai découvert des endroits vraiment sympathiques pour les petits et les grands (win-win). Alors si vous habitez Québec ou si vous y êtes de passage par une belle journée chaude, je vous recommande les endroits suivants. La cour arrière du Festibière Découvert un peu par hasard lors d’une marche le long des quais …

La chute (celle dans les escaliers)

Lundi dernier à 18h20, mon cœur s’est arrêté. À tout le moins, il a sauté un tour. Mon tout petit bébé, ma fille de deux ans, a déboulé notre escalier. Cet interminable-classique escalier de bungalow. Ces 15 marches infernales, droites, sans palier. L’escalier dans lequel mon mari a trébuché cet hiver. Le même devant lequel nous avions une barrière jusqu’à tout récemment. Jusqu’à ce que Martha soit capable de le descendre et le monter. Un accident si bête. Martha, tout en haut de l’escalier, pour une raison que je m’explique mal, a voulu suivre son frère dans le sous-sol de manière précipitée, et a perdu pied. Elle a tout dévalé, se cognant la tête durement à de multiples reprises. J’ai assisté à tout ça : j’étais en haut, moi aussi, mais de l’autre côté de la rampe. J’ai eu beau courir, je suis arrivée à côté d’elle au moment même où elle frappait la dernière marche. Direction Sainte-Justine. Un appel au 811 et on me donnait la confirmation du protocole. Un enfant de deux ans …