Coups de coeur, Lecture, Livres pour adulte
Écrire un commentaire

Nous les Menteurs : le poids des apparences

Dix, puis vingt, puis trente pages. Et enfin, le roman tout entier. En un après-midi.

Succombez aux sept meilleurs romans de l’été, c’est ce que propose Gallimard Jeunesse depuis quelques semaines déjà. Inutile de dire qu’il ne m’aura fallu que très peu de temps pour céder à la tentation!

Si le choix est cependant demeuré déchirant – parce qu’on ne peut lire en principe qu’un bouquin à la fois! – mon attention s’est tout d’abord portée vers le plus récent livre d’Emily Lockhart, l’auteure à qui l’on doit notamment la série à succès Le journal de Ruby Oliver, bien appréciée des adolescentes, entre autres.

Nous les Menteurs.

Lockhart nous arrive cette fois avec Nous les Menteurs, une histoire bouleversante et enlevante qui nous plonge au cœur d’un drame familial. Un récit si captivant qu’il me fut impossible de le quitter des yeux. Tout est donc devenu prétexte à prendre une petite pause afin de tourner quelques pages de plus : le café filtre qui coule, le bain qui se remplit (et qui déborde), le cycle de lavage qui démarre (et que je repars).

Mais le laps de temps entre chaque moment de lecture devenait beaucoup trop long. Vraiment. À un point tel que j’ai décidé de délaisser mes tâches quotidiennes – après tout, les chaudrons peuvent bien rester sales dans l’évier quelques heures de plus – pour reprendre ma lecture et ne refermer mon livre qu’à la dernière syllabe du dernier mot (oui, ma fille était à la garderie ce jour-là)!

On aura tôt fait, avec Nous les Menteurs, de retourner à nos premières amours, celles-là mêmes que l’on dégustait sous le chaud soleil, entouré d’amis. Un peu comme cette première crème glacée de la saison que l’on savoure et qui nous fait tant plaisir, mais avec le brain freeze qui accompagne, en prime. Telle une délicieuse douceur qui heurte de plein fouet.

L’été à Beechwood.

Grand-père Harris Sinclair a hérité d’une fortune familiale alors qu’il n’avait que 21 ans. Tant et si bien qu’il fit construire des demeures sur une île privée, à Beechwood, au large de Cape Cod, pour chacune de ses filles, Penny, Bess et Carrie.

Depuis plusieurs années, les trois sœurs et leurs enfants y passent leur été. Cadence, l’aînée des petits-enfants Sinclair et ses cousins, Mirren et Johnny, qui la talonnent en âge, s’y retrouvent donc en compagnie des « petits », leurs frères et sœurs cadets. Arrivera à  » l’été 8 « , Gat, le fils du beau-père de Johnny, de qui Cadence tombera éperdument amoureuse.

Ces quatre adolescents pétillants à la personnalité vive et fonceuse, surnommés les Menteurs, sont issus d’une famille aisée et quasi parfaite. Du moins, en apparence. Car derrière les sourires figés et les belles manières, les émotions refoulées, les mensonges et les menaces, se cache un lourd secret.

Un terrible accident est survenu alors que Cadence n’avait que 15 ans. Victime d’un traumatisme crânien à ce moment, l’amnésie sélective la fera souffrir physiquement et psychologiquement; elle tentera tant bien que mal de se souvenir de cet été particulier, de ce qui est arrivé, de ce qui lui est arrivé. Mais en vain, car chacun lui cachera la vérité, même Mirren, Johnny et Gat, autrefois si près d’elle et aujourd’hui si distants. Deux ans plus tard, alors âgée de 17 ans, elle retournera sur l’île ; elle parviendra peu à peu à retrouver la mémoire et à reconstituer le fil des événements…

Pour nous aussi.

Si l’auteure souhaite d’abord s’adresser aux jeunes (à partir de 13 ans), il n’en demeure pas moins que le public adulte sera absolument envoûté par cette œuvre littéraire, tranchante et puissante, dont l’intrigue et le dénouement final en laisseront plus d’un perplexes. Lockhart a cette force d’écriture qui lui permet de soutenir l’intérêt du lecteur. De l’ancrer dans un univers qui lui est propre, pour ensuite le déstabiliser, l’éjecter, et lui faire emprunter un tout autre chemin, riche en émotions. Un roman que vous voudrez ajouter à votre collection et conserver dans votre bibliothèque. Promis, juré!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *