Auteure: Nadia Martineau

Bébé hibou : le p’tit dernier qui fait des miracles!

Bébé hibou : c’est le nom qu’une jeune maman a choisi pour sa nouvelle gamme de produits qui a récemment vu le jour sur le marché québécois. C’est aussi la concrétisation d’une idée, celle de jeunes parents ayant à cœur le respect de l’environnement et de la planète, désireux de montrer l’exemple en protégeant la nature pour le bien-être de leurs enfants. Bébé hibou a su trouver la formule gagnante pour se tailler une place parmi ses pairs sur les rayons des boutiques spécialisées. Un liniment oléo-calcaire : un produit d’ici, naturel, et biologique. Quand liniment rime avec… Rassurez-vous. Moi non plus, je ne savais pas ce qu’était un liniment oléo-calcaire. Je l’ai même Googler pour être certaine de ce que je m’apprêtais à mettre sur le popotin de ma petite madame! Et pourtant, malgré son nom qui peut nous laisser perplexes, un liniment est quelque chose de très simple! Bébé hibou nous propose donc une crème douce à base d’huile d’olive biologique et d’eau de chaux afin de parfaire le nettoyage des fesses de bébé …

Les chouchous du 12 août

Remettons-nous en contexte. Il y a quelques semaines déjà, les auteurs Amélie Dubé et Patrice Cazeault avaient lancé à la population québécoise, pour une deuxième année consécutive, un défi fort intéressant : acheter un livre québécois le 12 août! Selon les chiffres d’Amélie, douze mille personnes, soit près de deux mille participants de plus que lors de la précédente édition, ont répondu à l’invitation en se procurant un livre (ou plusieurs!) bien de chez nous. Devant cet enthousiasme débordant, j’ai été soudainement curieuse de voir ce que les gens avaient déniché en cette journée consacrée à la littérature québécoise. Heureusement pour moi, les instigateurs du projet avaient convié les participants à partager sur la page Facebook de l’événement soit une photographie de leur trouvaille, soit un selfie qui les présente avec leur nouveau bouquin en mains, ou encore une photo d’une personne avec le beau cadeau littéraire qu’on venait de lui offrir. Puisqu’ils ont été ainsi nombreux à publier leurs photos, je me suis amusée à dresser quelques listes qui permettront, pour le simple plaisir de la …

Mille et une étoiles dans le ciel de Tremblay

J’avais inscrit cette activité à mon agenda depuis le jour 1, en avril dernier, lors de l’ouverture officielle de l’exposition. Mais avec la nouvelle routine métro-boulot-enfant-dodo (quand c’est possible), je n’y suis jamais arrivée avant cette semaine. La citation que nous voyons à l’entrée de l’exposition L’Univers de Tremblay du célèbre dramaturge et romancier ne saurait mieux décrire ce qui nous attend lors de notre visite. « D’habitude, on va voir une exposition, tandis que celle-là, on la ressentira. » Car il est vrai que le parcours riche en émotions que propose cette exposition ne nous permet pas de rester passif, alors qu’on nous offre une véritable immersion dans l’univers de Michel Tremblay. Ce monde où les mots naissent et se posent, où les idées fusent et bouillonnent. Où le cœur s’emballe aussi vite qu’émerge la passion, et où les personnages prennent doucement vie. Pour parvenir à présenter et à résumer quelque soixante années d’écriture et autant de travail, on aura choisi de conjuguer extraits audiovisuels et archives textuelles dans une installation multimédia inédite et fort divertissante.   …

Le 12 août, on achète un livre… québécois!

Acheter un livre québécois, c’est le défi que les auteurs Amélie Dubé et Patrice Cazeault ont lancé à la population québécoise pour une deuxième année consécutive. Un défi qui se veut tout simple et sans artifice, mais d’une efficacité redoutable : le mercredi 12 août, on se rend à l’une des nombreuses boutiques qui ont pignon sur rue dans notre quartier. Ou alors, on se dirige vers notre magasin à grande surface préféré. Mieux encore, on visite notre librairie locale, celle-là même que l’on salue trop peu souvent. Qu’importe l’endroit que l’on choisira, à condition d’en ressortir avec un livre… qui vient de chez nous! Car notre belle province est bourrée de talent : nous sommes entourés d’auteurs brillants, d’illustrateurs doués, d’éditeurs dévoués. Et ce sont eux qui créent notre richesse littéraire. Une idée. Un soir, en 2014, Patrice et Amélie, qui se retrouvent au sein de la même maison d’édition, ont discuté. Longtemps. La même problématique les préoccupait. « On trouvait que le livre québécois n’avait pas suffisamment de visibilité et nous voulions le mettre de l’avant, m’a …

Rendez-vous littéraire dans les parcs lavallois!

Puisque la saison de la baignade et des grillades est officiellement lancée, il devient difficile pour bon nombre d’entre nous de demeurer à l’intérieur. On s’arme alors de crème solaire, de lunettes fumées, et d’un chapeau, on s’équipe de plusieurs récits de tous genres et on file droit au parc avec les enfants et… les mains bien pleines! Si c’est à ce moment précis que l’on souhaite posséder une collection de bouquins ambulante (ne serait-ce que pour avoir à nos côtés, et en tout temps, mille et un livres et autant d’histoires), c’est également à cet instant que l’on fait la merveilleuse découverte de Ma tente à lire, une initiative brillante et inspirante qui repose sur l’idée de sortir la bibliothèque hors de ses murs, du lundi au jeudi, jusqu’au 20 août prochain. C’est l’organisme Lis avec moi, en collaboration avec les bibliothèques de Laval, qui présente Ma tente à lire, une activité de lecture en plein air pour les 0-5 ans. Une heureuse rencontre avec les livres. Cette activité gratuite, qui a vu le jour en 2010, se tient sporadiquement dans 16 parcs …

Nous les Menteurs : le poids des apparences

Dix, puis vingt, puis trente pages. Et enfin, le roman tout entier. En un après-midi. Succombez aux sept meilleurs romans de l’été, c’est ce que propose Gallimard Jeunesse depuis quelques semaines déjà. Inutile de dire qu’il ne m’aura fallu que très peu de temps pour céder à la tentation! Si le choix est cependant demeuré déchirant – parce qu’on ne peut lire en principe qu’un bouquin à la fois! – mon attention s’est tout d’abord portée vers le plus récent livre d’Emily Lockhart, l’auteure à qui l’on doit notamment la série à succès Le journal de Ruby Oliver, bien appréciée des adolescentes, entre autres. Nous les Menteurs. Lockhart nous arrive cette fois avec Nous les Menteurs, une histoire bouleversante et enlevante qui nous plonge au cœur d’un drame familial. Un récit si captivant qu’il me fut impossible de le quitter des yeux. Tout est donc devenu prétexte à prendre une petite pause afin de tourner quelques pages de plus : le café filtre qui coule, le bain qui se remplit (et qui déborde), le cycle de …

Grilled cheese : un magazine qui a du mordant

Exit le sandwich au fromage fondu que l’on achète rapidement entre deux réunions imprévues. Celui-là même qui tente de nous convaincre que ses deux tranches de pain blanc sont encore amoureuses de cette timide tranche de fromage à la couleur orangée. Accueillons Grilled cheese, un magazine tout chaud ou presque, qui s’adresse aux enfants de 3 à 8 ans! Débordant d’originalité, il réinvente la recette grâce des ingrédients frais et au goût du jour, en mettant notamment à contribution le travail et le talent d’auteurs et d’illustrateurs d’ici. *** Samedi matin tranquille. Du moins, plus tranquille qu’à l’habitude, car ni mon mari, ni moi (et par conséquent, ni notre fille) ne sommes en mode as-tu-vu-l’heure-je-dois-me-lever-j’ai–tellement-de-choses-à-faire-(dont-boire-un-café-avant-que-je-ne-m’endorme). Samedi matin plus calme donc, gracieuseté du congé férié de milieu de semaine qui nous aura permis de souffler un peu. Comme le soleil d’été a finalement décidé de se pointer le bout du nez, mais on ne sait encore pour combien de temps, j’ai opté pour le déjeuner en plein air. Et du même coup, pour une double séance de lecture, une sous …

Bébé lecture

Quand l’heure de la lecture a sonné

19 heures. Pas une minute de plus. À 19 h 01, ma fille, alias petite madame, me fait vite comprendre que je ne suis pas à l’heure. E-N-C-O-R-E. Alors que ce moment est important et que vraiment, cette fois-ci, maman se doit d’être ponctuelle. Bon, bon. J’exagère. Mais à peine. Après tout, ma fille n’a que treize mois. Elle n’a pas encore cette même connaissance/conceptualisation/définition/conscience du mot temps. Elle ne sait pas ce que la petite aiguille du cadran veut dire, que le clic que l’on entend quand elle se déplace indique qu’une, cinq, ou dix minutes de plus se sont écoulées depuis l’heure sacrée. Chose certaine, c’est qu’elle sait que c’est long! Je la trouve bien chanceuse de ne pas pouvoir encore comprendre la notion de temps. Pour moi, chaque minute est bien placée dans mon agenda. Je sais pratiquement qu’à midi aujourd’hui, je serai assise devant mon ordinateur à manger un restant tiède de la veille. Que je serai aussi en train de répondre aux courriels du matin, de penser à ma pile …