Tous les billets publiés dans: Bonnes adresses

Des vacances avec les chèvres de la Chaudière-Appalaches!

Je suis en mode « j’ai le goût d’être en vacances » tout de suite et maintenant. Vous? Mais surtout, je suis en mode « mais je veux donc ben faire ça, moi, de l’agrotourisme »! Notre photographe de feu, Caroline Dostie, a été invitée à visiter un petit bout de la magnifique région de la Chaudière-Appalaches, en séjournant à la ferme Cassis et Mélisse. Pour la fête des Mères. En plus. Wow. Jetez un coup d’oeil à ses photos et inspirez-vous pour vos prochaines vacances en famille… en tout cas, c’est ça que j’ai faite! Sur la route : Drummondville       Vous avez déjà fait de l’agrotourisme en famille? C’est quoi vos meilleurs spot? On veut savoir!

Une érablière rustique et fantastique

Notre collabo Caroline et sa famille se sont aventurés à Orford par une belle journée pluvieuse de printemps #pasfaitenchocolat. Destination: l’Érablière Chic Rustique pour se bourrer la panse dans une cabane au charme d’antan! Voici le récit photographique de cette sortie un peu humide qui sent bon le réduit d’eau d’érable et le poêle à bois. Merci à l’Érablière Chic Rustique pour l’invitation et merci à Caroline Dostie pour les photos.

Café Sfouf, délicieux et lumineux

Lorsque j’ai mis les pieds au Café Sfouf pour la première fois, j’ai figé dans l’entrée: « Wouah. Mais cet endroit est don’ bien magnifique! » Puis, alors que j’hésitais à choisir un p’tit quelque chose de sucré pour accompagner mon latte, la sympathique propriétaire de l’endroit, Gaby Kassas, m’a recommandé le gâteau qui a inspiré le nom du commerce, le sfouf. La spécialité libanaise contient de la semoule de blé, de l’huile d’olive, du curcuma et, je gagerais, une grosse tasse d’amour. « Traditionnellement décoré d’une noix de pin, ce gâteau moelleux au goût si particulier se marie parfaitement au café », explique-t-on sur leur site web. Je n’ai pu qu’acquiescer. http://www.instagram.com/p/BDCjuatSzaM/?taken-at=397663272   Cette fois-là, j’allais au Sfouf pour travailler avec une amie. Nous nous sommes attablées au grand comptoir qui longe les portes de garage qui donnent sur la rue Ontario. Derrière nous, plusieurs étudiants et travailleurs étaient concentrés sur leurs livres et leurs ordinateurs portables. Un groupe d’amis rigolaient et un couple se tenait la main en lisant le journal. Puis, dans le coin des enfants, Le Petit Sfouf, des bambins jouaient avec …

Une partie de sucre (plus que) parfaite à la Cabane Handfield

Une famille heureuse, des enfants tout collés de tire, un repas traditionnel incroyable, une cabane au charme d’antan, un accueil chaleureux, le magnifique décor montérégien, c’est tout ça, et un peu plus, que vous verrez dans les superbes photos que Caroline Dostie a prises alors que nous étions invités à aller nous régaler à la Cabane Handfield. En vous souhaitant une maudite belle partie de sucre à vous aussi! Merci à la Cabane Handfield pour l’invitation et merci à Caroline Dostie pour les photos.      

Un arrêt à la Station W

J’ai déjà dit de la Station W que c’était « mon fournisseur officiel de caféine et de fromage fondu. » Le café de la rue Wellington à Verdun est devenu une extension de mon bureau à la maison dès son ouverture à l’automne 2013. Je m’y rends chaque semaine pour travailler au comptoir dans la vitrine ou à la grande table du fond. Rien de tel qu’un grilled-cheese et un latte pour booster sa productivité. Si, pendant la semaine, les étudiants et les pigistes de ma trempe s’y retrouvent nombreux pour un tête-à-tête avec leur ordinateur portable, beaucoup de mamans en congé de maternité s’y donnent rendez-vous pour jaser entre amies. Le grand local lumineux est accueillant autant pour pianoteux de clavier que les conductrices de poussette. Pis moi, j’aime ça entendre babiller quand j’écris, bon. La fin de semaine, Station W offre un menu brunch Marianne-approved en plus de sa carte habituelle composée de grilled-cheese (huit sortes, en passant) et autres délicieux mets maison. Oui, il arrive pas mal souvent que j’y retourne le week-end en famille. Pendant la saison …

Gagner son ciel, tomber en amour

Tomber en amour. Avec un endroit, un espace, une atmosphère, une déco. Tout ça, ça se peut. Je le sais, je l’ai vécu pas plus tard que ce week-end. Gros samedi. J’étais toute seule avec les enfants pour la journée, il faisait 30 degrés et on devait aller au cours de soccer à Henri en matinée. Gérer Martha au gros soleil pendant une heure. Gagner mon ciel. Ce qui fait qu’après le dîner, les quatre crises pré-sieste, ladite sieste (thank God!) et la crisette post-sieste, je me suis dit que je méritais bien d’aller boire un bon café. J’ai donc mis tout mon beau petit monde dans l’auto et j’ai décidé qu’on se dirigerait vers le village de Boucherville (parce que c’est beau) et qu’on irait essayer le nouveau café de la place, le Saint-Laurent café-boutique. En entrant dans le café, je me suis dit que je devais être morte et qu’en fait j’arrivais au paradis. Ben, c’est qu’en fait, pour moi, le paradis, ça serait comme de vivre dans Pinterest. Et comme j’ai eu …

Des onces de bonheur, de gros bonheur

Vous vous souvenez peut-être de mon billet d’un enthousiasme dégoulinant sur le Maine? Bon. Mais vous souvenez-vous de l’enchantement indécent que je vous y avais partagé à propos d’un café de Portland dans ledit Maine? Il s’agissait du Tandem Coffee Roasters, pis, oui, j’ai toujours une petite vague d’excitation dans les papilles quand je pense à cet endroit. Bref. Y’a des coffee geeks montréalais qui sont aussi allés visiter ce café, qui ont aussi eu un coup de foudre, mais qui sont BEN PLUS intenses que moi. Ils ont décidé d’ouvrir leur propre café à Montréal, de le nommer le Café 8 oz. et d’y servir les grains de chez Tandem! Après deux visites… L’automne dernier, lors de la première semaine d’opération du Café 8 oz. sur la rue Saint-Hubert, Jean-Philippe et moi sommes allés nous y chercher un latté pour emporter. C’était pas renversant, mais c’était très, très bon. Nous y sommes retournés il y a quelques jours avec les enfants et, là, c’était parfait. Je ne sais pas ce qu’il y avait de …