Tous les billets avec le tag: Littérature jeunesse

Le lion et l’oiseau : coup de cœur automnal

Si vous cherchez le livre par excellence pour garnir la biblio de vos enfants ou pour offrir en cadeau, ne cherchez plus! Ce livre de Marianne Dubuc n’est pas « récent » et fait partie des classiques familiaux chez les Archambault-Audet depuis un bon p’tit bout. Mais si j’ai envie de vous en parler aujourd’hui, c’est que l’arbre derrière chez moi m’a inspirée en virant du jaune au orange en une nuit seulement #passionautomne Le lion et l’oiseau C’est tout simple, Le lion et l’oiseau est un des plus beaux albums pour enfants que j’ai lus dans ma vie. C’est un livre qu’Henri et Martha nous redemandent encore et encore et encore… Et que, nous les parents, relisons encore et encore et encore avec plaisir tant il est parfait. Il y a peu de mots, cela laisse place à l’interprétation. Les images sont magnifiques. Et l’histoire. C’est celle des saisons qui passent, de la vie qui continue, des amitiés et des deuils. C’est à faire pleurer de beauté et d’humanité. Et, je vous le donne en mille, le …

Le 12 août, on achète un livre… québécois!

Acheter un livre québécois, c’est le défi que les auteurs Amélie Dubé et Patrice Cazeault ont lancé à la population québécoise pour une deuxième année consécutive. Un défi qui se veut tout simple et sans artifice, mais d’une efficacité redoutable : le mercredi 12 août, on se rend à l’une des nombreuses boutiques qui ont pignon sur rue dans notre quartier. Ou alors, on se dirige vers notre magasin à grande surface préféré. Mieux encore, on visite notre librairie locale, celle-là même que l’on salue trop peu souvent. Qu’importe l’endroit que l’on choisira, à condition d’en ressortir avec un livre… qui vient de chez nous! Car notre belle province est bourrée de talent : nous sommes entourés d’auteurs brillants, d’illustrateurs doués, d’éditeurs dévoués. Et ce sont eux qui créent notre richesse littéraire. Une idée. Un soir, en 2014, Patrice et Amélie, qui se retrouvent au sein de la même maison d’édition, ont discuté. Longtemps. La même problématique les préoccupait. « On trouvait que le livre québécois n’avait pas suffisamment de visibilité et nous voulions le mettre de l’avant, m’a …

Nous les Menteurs : le poids des apparences

Dix, puis vingt, puis trente pages. Et enfin, le roman tout entier. En un après-midi. Succombez aux sept meilleurs romans de l’été, c’est ce que propose Gallimard Jeunesse depuis quelques semaines déjà. Inutile de dire qu’il ne m’aura fallu que très peu de temps pour céder à la tentation! Si le choix est cependant demeuré déchirant – parce qu’on ne peut lire en principe qu’un bouquin à la fois! – mon attention s’est tout d’abord portée vers le plus récent livre d’Emily Lockhart, l’auteure à qui l’on doit notamment la série à succès Le journal de Ruby Oliver, bien appréciée des adolescentes, entre autres. Nous les Menteurs. Lockhart nous arrive cette fois avec Nous les Menteurs, une histoire bouleversante et enlevante qui nous plonge au cœur d’un drame familial. Un récit si captivant qu’il me fut impossible de le quitter des yeux. Tout est donc devenu prétexte à prendre une petite pause afin de tourner quelques pages de plus : le café filtre qui coule, le bain qui se remplit (et qui déborde), le cycle de …

Bébé lecture

Quand l’heure de la lecture a sonné

19 heures. Pas une minute de plus. À 19 h 01, ma fille, alias petite madame, me fait vite comprendre que je ne suis pas à l’heure. E-N-C-O-R-E. Alors que ce moment est important et que vraiment, cette fois-ci, maman se doit d’être ponctuelle. Bon, bon. J’exagère. Mais à peine. Après tout, ma fille n’a que treize mois. Elle n’a pas encore cette même connaissance/conceptualisation/définition/conscience du mot temps. Elle ne sait pas ce que la petite aiguille du cadran veut dire, que le clic que l’on entend quand elle se déplace indique qu’une, cinq, ou dix minutes de plus se sont écoulées depuis l’heure sacrée. Chose certaine, c’est qu’elle sait que c’est long! Je la trouve bien chanceuse de ne pas pouvoir encore comprendre la notion de temps. Pour moi, chaque minute est bien placée dans mon agenda. Je sais pratiquement qu’à midi aujourd’hui, je serai assise devant mon ordinateur à manger un restant tiède de la veille. Que je serai aussi en train de répondre aux courriels du matin, de penser à ma pile …

Un gros coup de cœur pour une petite souris!

Il y a de ces SQUEEEE dont on se rappellera longtemps. Celui que j’ai lancé en ouvrant le paquet de la maison d’édition Bayard Canada en était un monumental qui restera non pas seulement dans ma mémoire, mais dans celle de mon mari aussi qui a toujours les tympans qui résonnent depuis. Quand j’ai sorti l’imagier Les premiers mots de petite souris de l’emballage, j’ai capoté. Les illustrations, en plus d’être magnifiquement-splendides sont d’un style vintage qui a fait vibrer la nostalgique en moi. On aurait dit que je tenais entre mes mains LE livre de mon enfance, mais je sais pu lequel, ha!. Tout me le rappelait : les couleurs, les formes, le style. Chaque page me faisait vivre une émotion allant de « c’est cuuuuute » à « j’ai trop hâte de le lire avec Marthaaaaaaa ». Vous voyez le portrait. Le soir même, on s’est assise en pyjama ma fille et moi pour apprivoiser la petite souris et le coup de cœur fut aussi grand pour ma mini qu’il l’avait été pour moi. Elle y apprend …

Joseph Fipps : Quand le hasard fait trop bien les choses

Pressée, deux jours avant Noël, j’ai dû avoir un gros huit minutes pour choisir le livre que je voulais offrir en cadeau à mes enfants. Dans la section jeunesse de la librairie Le Fureteur, j’ai réalisé que je ne savais pas trop quoi prendre. J’ai sorti trois-quatre albums de la sélection québécoise et un de ceux-là étaient Joseph Fipps. Bing, bang, boum. Coup de cœur total. J’y ai reconnu le travail d’une illustratrice que j’aime beaucoup, Geneviève Godbout, j’ai acheté le livre, puis je suis sortie de la librairie aussi vite que j’y étais entrée. Le lendemain de Noël, nous avons fait une première lecture de ce qui allait devenir notre livre préféré. Et, depuis, au moins une lecture quotidienne s’impose. C’est dire. C’est qui Joseph Fipps? Joseph, c’est un petit garçon de cinq ans qui n’écoute pas toujours très bien les consignes et qui, parfois, se fait gronder. C’est aussi un petit rêveur qui aime les livres et les animaux. C’est une histoire fantastique et touchante sur les émotions que vivent nos jeunes enfants… …